Maladie de la carpe Koï, comment les prévenir et les traiter

Maladie de la carpe Koï, comment les prévenir et les traiter

Une carpe japonaise est un poisson magnifique qui n’est malheureusement pas épargné par les maladies des koïs. Voyons comment reconnaître, prévenir et soigner un koï malade.

Quelles sont les maladies des koïs ?

Maladie de la carpe KoiDe très nombreuses affections différentes peuvent rendre difficile l’établissement d’un diagnostic précis. Il est donc recommandé de consulter un expert ou un vétérinaire.

Les maladies les plus courantes chez les koïs sont les suivantes :

  • La maladie des écailles
  • Erythrodermatite
  • Inflammation de la vessie natatoire
  • Chilodonella
  • Dactylogyrus
  • Infestation par des sangsues de poissons
  • Infestation par le pou de la carpe
  • Ver de l’ancre
  • Variole du poisson et de la carpe
  • Ichthyophthirius
  • Costia

La maladie des écailles

Cette maladie a par exemple des causes très différentes. Par exemple, une maladie intestinale due à une mauvaise alimentation pourrait en être la cause. Si vous remarquez des écailles couleur sang sur votre koï, cela pourrait indiquer une infection bactérienne de la peau du poisson. Comme dans le cas de l’hydropisie infectieuse, des écailles décollées sont visibles. Votre koi ressemble à une pomme de pin sèche. Le corps est également gonflé. En outre, ces poissons présentent ce que l’on appelle des yeux globuleux proéminents.

La respiration est sensiblement difficile et vos kois nagent très lentement. Ils essaient en vain de stabiliser leur position sur le dos. En conséquence, ils meurent généralement dans les deux jours.

L’hydropisie infectieuse étant considérée comme très contagieuse, les koïs atteints doivent être mis en quarantaine pour être traités. Vous pouvez essayer de traiter les poissons malades avec des antibiotiques. Cependant, à un stade avancé, les organes internes de l’animal sont généralement déjà tellement endommagés que le traitement n’est plus efficace.

Erythrodermatite

L’érythrodermatite est l’une des maladies des koïs qui surviennent en raison des conditions d’élevage. L’érythrodermatite est une maladie bactérienne des koïs. Elle se caractérise par des ulcères d’un rouge profond, à bords lisses et entourés de blanc.

Cette maladie affecte plus particulièrement les espèces de koïs sans écailles. Elle se manifeste par des trous et des ulcères sur le corps du koï. Dans les premiers stades, l’érythrodermie peut encore être soignée.

Les poissons chez qui l’infection a déjà atteint la cavité abdominale meurent dans la plupart des cas. Toutefois, ces maladies des koïs peuvent être traitées avec succès à l’aide de médicaments spécifiques, tels que des antibiotiques et des sulfamides appropriés.

Variole du poisson et de la carpe

Une excroissance claire sur les nageoires ainsi que sur le corps caractérisent cette maladie. Les koïs dont le système immunitaire est faible sont généralement touchés par cette maladie au printemps. On sait peu de choses sur les épithéliomas de la variole. Cependant, ils ne tuent pas les kois. Ces excroissances font chuter la valeur des kois de manière drastique. De plus, elles sont inesthétiques.

Le pou de la carpe (Argulus)

Les poux de la carpe sont des parasites d’environ 7 à 10 millimètres de long qui sont bien visibles sur la peau du poisson et s’y fixent pour sucer le sang de la carpe koï. Cependant, ils ne restent pas attachés à un seul poisson, mais changent souvent d’hôte. La piqûre de poux de la carpe elle-même est très toxique et peut provoquer une paralysie sévère, voire la mort, du koi affecté.

Une infestation par les poux de la carpe est généralement facilement reconnaissable par le propriétaire, car les piqûres sont d’un rouge profond et entourées d’un halo de piqûres roses. Les kois infestés se reconnaissent entre autres aux symptômes suivants : perte de poids, frottement intense et augmentation des sauts chez les animaux atteints. Heureusement, le traitement de cette maladie des carpes koï est assez facile. Dans un premier temps, les poux des carpes doivent être complètement éliminés des animaux, puis un traitement à l’aide de bains salins et d’insecticides pour poissons est généralement effectué.

Les sangsues de poissons (Piscicola geometra)

L’infestation par les sangsues de poissons est l’une des maladies les plus répandues chez les koïs, en particulier en Europe centrale. Heureusement, l’infestation est facile à détecter et de simples bains de sel de cuisine permettent de soigner les koïs.

Néanmoins, une intervention en cas d’infestation par les sangsues de poissons doit être effectuée rapidement, car l’infestation massive par les sangsues et la perte de sang qui en résulte peuvent entraîner un affaiblissement considérable des animaux infestés. Ceux-ci sont alors très vulnérables à toute une série d’autres maladies des koïs. Le terme latin « piscicola » désigne une sangsue pouvant mesurer jusqu’à cinq centimètres de long et dotée de ventouses en forme de disque à chaque extrémité de son corps.

La prévention des maladies dans un élevage de Koïs

carpe koi mortIl est bien connu que la prévention est la meilleure protection contre les maladies des koïs. Pour élever des carpes koï, il faut bien connaître ces animaux. Voici des éléments à prendre en compte pour garder vos koïs en bonne santé et éviter une mort précoce.

Taille du bassin pour Koïs

Les carpes koï ont besoin d’espace. C’est pourquoi le bassin doit avoir une profondeur d’au moins 1,80 mètre. Si vous souhaitez élever un grand groupe, le bassin doit disposer de suffisamment d’espace. Pour satisfaire vos koïs, vous devez disposer d’un espace de 1 m3 à 3 m3 par poisson.

La profondeur du bassin est très importante. A cet égard, il convient de respecter une profondeur minimale de 1,3 mètre. Il s’agit de la profondeur à laquelle les poissons entrent en hibernation. Pendant cette période, il est important que votre koï puisse rester tranquille. Ne le réveillez donc pas et ne le déplacez pas à cette période de l’année.

Nombre de koïs

Les koïs ne doivent pas être maintenus seuls. En effet, ces animaux sont très sociables et aiment profiter de leurs congénères.

Qualité de l’eau des Koïs

Les carpes koï sont très sensibles. Le mieux est d’élever vos koïs dans une installation aseptique. Vous obtiendrez ainsi une croissance particulièrement importante. Pour cela, il est important d’avoir un bon filtre de bassin. C’est pourquoi un système de filtration automatique est presque indispensable. Au début, il faut faire preuve de beaucoup de doigté en ce qui concerne la qualité de l’eau. Les valeurs de l’eau doivent être surveillées en permanence.

Pour prévenir les maladies des koïs, vous devez régulièrement contrôler le pH de l’eau et sa teneur en oxygène.

La nourriture des koïs

Les carpes koï doivent être nourries quotidiennement, car elles ne trouvent guère de nourriture dans les bassins artificiels. Il faut utiliser des aliments spéciaux pour koïs, qui contiennent les vitamines et les minéraux nécessaires.

Il est donc recommandé de toujours adapter la nourriture à la température ambiante de l’eau. En hiver, les besoins nutritionnels des poissons de bassin sont beaucoup plus faibles que pendant les mois d’été. Idéalement, l’alimentation devrait être riche en protéines, en graisses et en glucides.

Observer vos koîs

Si vous élevez des carpes koï, vous devez également prendre le temps d’observer les poissons. Leur comportement permet de déterminer facilement si quelque chose ne va pas. Par exemple, si les poissons se tiennent constamment au fond de l’étang ou si un poisson est isolé du groupe, c’est un signe que quelque chose ne va pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.