La carpe japonaise ou carpe Koï, le poisson incontournable pour votre bassin

La carpe japonaise ou carpe Koï, le poisson incontournable pour votre bassin

Les carpes japonaises colorées sont des animaux magnifiques et leur aspect majestueux ajoute une grande valeur au bassin de jardin. Il n’est donc pas étonnant que de nombreux fans de poissons soient fous des koïs ! Elles sont considérées comme précieuses en raison de leur beauté et de leur valeur symbolique, et certains spécimens atteignent même des prix assez élevés.

Qu’est-ce qu’un Koï ?

carpe brocartLe Koï est une carpe japonaise. En Europe, on les appelle aussi carpe brocart.

Les koïs peuvent vivre aussi longtemps qu’un être humain : 70 à 80 ans, et certains spécimens auraient même atteint plus de 200 ans. Si vous décidez donc d’adopter un koï, vous prenez peut-être une décision pour la vie. Cependant, l’espérance de vie moyenne des carpes est de 20 à 35 ans si elles sont bien entretenues.

Il s’agit d’une forme d’élevage de la carpe, qui est très populaire en Asie depuis des siècles et, depuis peu, en Europe. Au Japon, elles sont également considérées comme des symboles de chance, de succès et de courage.

Les formes d’élevage les plus demandées sont par exemple le Sanke, qui a une couleur de base blanche avec des taches rouges et noires, ou le Hikarimuji-mono, qui est unicolore et dont les écailles ont un éclat métallique. Mais il existe au total plus de 16 variétés principales et de nombreuses autres sous-formes, dont le nombre ne cesse d’augmenter.

Les fans de koïs, appelés koï kichi, qui prennent soin de ces animaux et les voient grandir dans leur bassin de jardin.

Quelles sont les différentes espèces de koi ?

carpe koiIl existe plus de 100 espèces différentes de carpes koï, qui se distinguent par leur couleur. Les éleveurs créent sans cesse de nouvelles espèces et sous-espèces, dont celles-ci :

  • Kohaku est l’espèce de koï la plus ancienne et la plus connue, blanche avec des taches rouges.
  • Le Sanke présente également de petits motifs noirs
  • Le corps du Showa est noir brillant, avec des taches blanches et rouges.
  • La variété Bekko est en revanche purement noire et blanche.
  • L’Ogon est un koï métallisé argenté, jaune doré et orange.
  • Le dos de l’Asagi présente de beaux dessins noirs à bleu clair.
  • Le koï Kinginrin se distingue par ses écailles dorées ou argentées brillantes
  • Le koï Butterfly fait penser à un dragon avec ses grandes nageoires frangées.

Histoire des Koïs

Tout a commencé dans la préfecture de Niigata, sur la côte ouest de l’île principale de Honshu au Japon. Vers 1500, les premières carpes y sont arrivées de Chine. Mais ce n’est qu’il y a environ 200 ans que les premiers poissons colorés ont été placés dans les rizières creusées de la ville d’Ojiya en raison de leur beauté. Destinée à l’origine à la consommation, la carpe koï orne désormais le paysage monochrome – car chaque hiver, des mètres de neige colorent la ville en blanc.

Au fil du temps, un élevage ciblé a permis de mettre en valeur les dessins naturels et uniques des poissons : blanc, noir, orange et même jaune et métallique. Ce nouvel élevage est devenu célèbre vers l’époque où, en 1914, le prince héritier de l’époque, Hirohito, a placé dans le fossé entourant son palais sept kois qu’il avait reçus en cadeau. Vingt-sept carpes de Niigata sont arrivées en deuxième position à l’exposition Taisho de Tokyo.

Ainsi, les carpes sont officiellement devenues un bien culturel du Japon.

Quel est le prix d’une carpe Koï ?

En japonais, koi signifie simplement « carpe », et les poissons que nous connaissons sont appelés au Japon Nishikigoi. En effet, les écailles, qui peuvent briller de nombreuses couleurs différentes, font penser à une robe précieuse. Ce ne sont pas seulement leurs belles écailles colorées et leur caractère proche de l’homme qui font le prix de la carpe koï.

L’élevage est coûteux et compétitif : il n’y a plus aujourd’hui que 200 éleveurs à Ojiya, sur un total de 6000 à l’origine, dont la plupart sont des entreprises familiales. Sur les milliers de petites carpes naissent chaque année seuls quelques-uns sont sélectionnées pour que l’élevage se poursuive.

Les prix obtenus pour ces animaux, également appelés « bijoux flottants », dépendent notamment des couleurs et de la forme harmonieuse du corps, mais aussi de l’âge et de la taille. L’origine du poisson est également prise en compte pour déterminer le prix d’un Koï.

Le koï le plus cher du monde a été vendu 1,5 million d’euros

Comme les prix dépendent entre autres de l’âge, les jeunes animaux sont souvent disponibles pour de petites sommes. Pour les carpes koï plus âgées et de qualité particulièrement élevée, il n’est pas rare d’atteindre des sommes à quatre chiffres, et dans les cercles de collectionneurs, des prix de plusieurs centaines de milliers d’euros sont également possibles.

Le koi le plus cher du monde aurait changé de propriétaire pour la somme colossale de 1,5 million d’euros. Il s’agissait d’un Kohaku, c’est-à-dire un poisson blanc avec des marques rouges, âgé de neuf ans et mesurant un peu plus d’un mètre.

Un tancho, dont l’apparence est déterminée par une tache rouge sur la tête, aurait atteint 500.000 euros. Dans de tels cas, on peut vraiment parler d’investissement dans un bassin de jardin !

Pour de nombreux fans de koïs, la valeur n’est pas le critère principal, mais plutôt le fait de pouvoir profiter de la vue et de la compagnie de ces magnifiques poissons !

Le koï pour son propre bassin de jardin

carpe japonaiseSi vous rêvez d’avoir vos propres carpes japonaises, vous pouvez réaliser ce rêve si vous disposez d’un jardin avec un bassin de taille suffisante. L’élevage en aquarium est considéré comme inadapté pour les carpes, qui peuvent atteindre 80 centimètres de long.

Avant d’acheter des koïs, vous devez être attentifs à ces différents aspects :

  • le bassin à carpes (taille appropriée, la bonne température de l’eau et une teneur en oxygène et un pH optimaux)
  • la nourriture optimale
  • le nombre de spécimens.

Pour s’en assurer, on utilise notamment des chauffages et des filtres spéciaux, et le bassin doit être suffisamment profond. De plus, les koïs sont plus à l’aise lorsqu’ils vivent en groupe. Garder l’un de ces magnifiques animaux seul n’est donc pas une bonne idée. S’ils sont bien entretenus, les propriétaires profiteront très longtemps de leurs « bijoux » dans le bassin, car leur durée de vie peut atteindre 60 ans, voire bien plus. Les animaux à nageoires créent également un lien avec les personnes qui s’occupent d’eux et peuvent devenir si confiants et dociles qu’ils peuvent même manger dans la main de leurs propriétaires ou être caressés par eux.

Les carpes sont difficiles à élever, mais c’est ce qui fait leur charme pour leurs fans. Ces koïs sociables se plaisent dans les bassins, les lacs et les rivières calmes, tant que la qualité de l’eau est bonne. Les eaux doivent être riches en minéraux et maintenues aussi propres que possible. Les carpes ont également besoin de beaucoup d’espace : un bassin de 15 mètres carrés, par exemple, suffit pour cinq carpes, à condition qu’il ait une profondeur d’au moins 90 cm. Les éléments de conception du bassin, tels que les ponts et les décorations en pierre, permettent aux poissons de se cacher et de se protéger du soleil.

Nourrir les koïs

En général, les koïs sont omnivores et se nourrissent à l’état sauvage d’algues, de plantes, d’escargots, de crabes et d’insectes. Même les petits poissons font partie de leur menu. Il convient donc d’être prudent avec les autres espèces de poissons présentes dans le bassin.

Pour permettre au koï de vivre longtemps et en bonne santé, il faut bien sûr commencer par lui fournir une alimentation adaptée. Les koïs ont une particularité anatomique : ils n’ont pas d’estomac. Il faut donc leur donner une nourriture aussi facile à digérer que possible. Avec leur intestin droit, ils peuvent digérer la nourriture en 4 heures environ, c’est pourquoi ils doivent être nourris dans cet intervalle. Dans les magasins spécialisés, vous trouverez des mélanges spéciaux pour ces poissons. En été, la nourriture pour koi contient idéalement beaucoup de protéines, au printemps et en automne, elle est basée sur des germes.

Les aliments contenant du carotène supplémentaire favorisent le développement de la couleur rouge de leur corps.

Pendant l’hiver, les poissons sont peu ou pas nourris. Ils passent les mois froids à dormir au fond de l’étang, tandis que leur métabolisme et leur croissance sont réduits. Ces poissons adaptables peuvent ainsi survivre dans une eau dont la température peut atteindre trois degrés.

 

Si vos carpes japonaises ne reçoivent pas la bonne nourriture ou si leur bassin n’est pas adapté, elles risquent de développer des maladies de Koïs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.